Altares, expert Data
nous suivre Twitter YouTube LinkedIn SlideShare
  • Altares, l'expert data 3.0
    Lecture journal

Défaillances d’entreprises en France : 4ème trimestre 2015 et Bilan annuel 2015

Sur l’ensemble de l’année, 63 081 entreprises ont défailli (+ 0,8 % / 2014).
Les défaillances de PME retombent à des valeurs de début de crise mais 235 000 emplois directs sont encore menacés.

Vous êtes ici » Accueil » Actualités » Nos publications » Défaillances et sauvegardes » Défaillances d’entreprises en France : 4ème trimestre 2015 et Bilan annuel (...)

Version imprimable de cet article Version imprimable
partager

L ’année 2015 s’achève sur une fausse note (+1,6 % / T4 2014) avec 15 914 défaillances d’entreprises au 4ème trimestre.

Sur l’ensemble de l’année, 63 081 entreprises ont défailli (+ 0,8 % / 2014). Les défaillances de PME retombent à des valeurs de début de crise mais 235 000 emplois directs sont encore menacés.

L’ amélioration freinée au dernier trimestre 2015

La fin d’année 2014 avait été portée par un très bon mois de décembre, le meilleur depuis 2007. 2015 n’a pas permis de rééditer la performance, et le seul mois de décembre ressort en dégradation de plus de 16 %, proche de 5 000 procédures collectives. Dans ces conditions, le quatrième trimestre approche 16 000 défaillances et s’inscrit en augmentation de 1,6 % par rapport au même trimestre 2014.
Sur l’ensemble de l’année, le volume des ouvertures de procédures reste bloqué sur le seuil des 63 000. Plus exactement, les tribunaux ont prononcé 63 081 jugements (+ 0,8 %) dont 1 533 procédures de sauvegardes (- 5,4 %), 18 370 redressements judiciaires (+ 1,5 %) et 43 178 liquidations judiciaires directes (+ 0,7 %).
Les difficultés se sont principalement concentrées sur les petites entreprises en cette fin d’année, essentiellement sur celles à destination du particulier, telles que le commerce de détail, la restauration et les soins de beauté.
Les PME davantage orientées B2B sont en revanche moins vulnérables au fil des mois. Les employeurs ont mieux résisté, permettant de ramener le nombre d’emplois directs menacés par les défaillances à 60 500 sur le dernier trimestre, soit près de 2 000 emplois préservés par rapport à fin 2014, et 235 000 emplois sur l’ensemble de l’année soit près de 10 000 emplois préservés.

Les PME en ordre de marche, les petites entreprises tentent de résister

Sur le printemps et l’été, les petites entreprises étaient parvenues, modestement, à prendre à leur tour le train de la croissance. La sinistralité reculait. Le dernier trimestre a refroidi l’enthousiasme ; Le nombre d’ouverture de procédures collectives sur des entreprises de moins de trois salariés augmente de 3 %. Au-delà de cette taille, les
évolutions demeurent dans le vert sur la fin d’année en particulier à partir de vingt salariés, avec une baisse de 8 %.
Sur l’ensemble de 2015, les tendances sont bridées par le mauvais premier trimestre, toutefois il se confirme que l’amélioration est enclenchée. Si les petites entreprises jusqu’à vingt salariés présentent des évolutions annuelles peu marquées, au- delà de cette taille, la reprise est visible avec une baisse de plus de 5 % du nombre des défaillances, dont un recul de 12 % sur les sociétés de plus de cent salariés.

La prévention de la difficulté peu présente dans les TPE

Depuis trois ans, le taux de liquidations judiciaires directes demeure supérieur à 68 %. Plus de 43 000 entreprises ont été immédiatement liquidées en 2015, suggérant qu’elles se sont présentées devant le tribunal tardivement et dans une situation financière obérée. Les trois quarts de ces liquidations directes, près de 33 000, concernent des entreprises de moins de trois salariés. Ces microentreprises manquent généralement de visibilité sur leur business moyen terme, et quelques fois court terme, les rendant, par manque de trésorerie, très vulnérables aux fluctuations d’activité. Dans 74 % des cas, le tribunal doit prononcer la liquidation. Ce taux décroit ensuite lorsque la taille de l’entreprise augmente. La liquidation est la solution majoritairement retenue jusqu’à vingt salariés puis recule progressivement jusqu’à concerner moins d’une société sur cinq à partir de cent salariés. Les PME et les ETI sont davantage armées pour piloter leur exploitation et prévenir au plus tôt les difficultés. Illustration du plus grand recours aux dispositifs de prévention par les grands acteurs, la procédure de sauvegarde est dix fois plus utilisée par les sociétés de plus de 50 salariés que par celles de moins de trois salariés.

Manque de transparence financière

Parmi les informations susceptibles de permettre le déclenchement d’alertes préventives, la publication des comptes. Une grande majorité d’entreprises en défaillance (40 700) se présentait sous forme de SARL ou assimilée, et 7 700 avaient choisi le statut de SA ou SAS. Ces formes sont tenues de publier leurs comptes annuels. Pourtant, moins de la moitié (44 %) l’avait fait à la date du jugement d’ouverture, un taux deux fois inférieur à celui observé sur l’ensemble de l’économie. Sur les comptes disponibles, près des deux tiers (63 %) étaient déficitaires et pour beaucoup depuis longtemps, moins de 20 % des comptes disponibles dataient de 2014 ou 2015 et quasiment autant remontaient à plus de cinq ans.

Télécharger l'étude

Inscription

Pour accèder aux téléchargements, l'inscription est obligatoire. Vous recevrez votre mot de passe par email.

Dejà inscrit ?

Merci de vous identifier avec votre email et le mot de passe que vous avez reçu par email.


L'infographie

Inscription

Pour accèder aux téléchargements, l'inscription est obligatoire. Vous recevrez votre mot de passe par email.

Dejà inscrit ?

Merci de vous identifier avec votre email et le mot de passe que vous avez reçu par email.


L’analyse de Thierry Millon, directeur des études Altares
« Le premier trimestre avait établi un record de défaillances avec plus de 18 000 ouvertures de procédures. Dans ces conditions, le scénario d’une forte baisse de la sinistralité des entreprises en 2015 était écarté. »

« Le printemps puis l’été ont maintenu l’espoir d’une amélioration durable, octobre mettait encore le dernier trimestre sur les bons rails ; mais la toute fin d’année n’a pas permis de tenir le rythme et de placer 2015 dans le vert. Plus de 10 000 entreprises sont tombées en défaillance sur les seuls deux derniers mois de l’année. »

« Pourtant, des fondamentaux permettent d’apprécier une amélioration réelle sur l’année. 406 PME de plus de 50 salariés ont connu la défaillance ; c’est non seulement un nombre au plus bas depuis 2008, mais aussi une valeur comparable aux moyennes d’avant crise. Moins de PME en procédure, c’est moins d’emplois perdus par des fermetures. Les 63 000 procédures collectives de cette année menacent 235 000 emplois directs, c’est encore 5 000 de plus qu’en 2008 (pour 56 800 défaillances) mais10 000 de moins que l’année dernière. »

Focus chiffres :

63081 entreprises ont défailli en 2015 (+0,8% / 2014)
235 000 emplois menacés

Les cartes

Altares Courbe des défaillances en France sur 20 ans Bilan 2015
Altares carte des défaillances d'entreprises au 4ème trimestre 2015
Altares carte des défaillances d'entreprises Bilan 2015

Version imprimable de cet article Version imprimable
partager
Je veux être informé(e) de l’actualité Altares