Petit-déjeuner débat AFDCC – le 20 Octobre, à Lyon
Focus sur les piliers 3 et 4 de la loi Sapin 2 : cartographie des risques et évaluation des tiers.
Focus sur les piliers 3 et 4 de la loi Sapin 2 : cartographie des risques et évaluation des tiers.

Retrouvez dans cet article :

Le webinar Cartographie des risques et évaluation des tiers du 23 mai dernier était animé par Laurent Luce, Compliance Product Marketing Manager Altares, et Apolline Buchler, fondatrice et CEO de la start-up Compliance’in, société de conseil et solutions pour la mise en œuvre de cartographie des risques des entreprises privées et publiques. Laurent et Apolline nous ont apporté leurs éclairages sur le sujet de la cartographie des risques et de l’évaluation des tiers. cartographie des risques Laurent Luca Apolline Buchler

Les 8 piliers de la loi Sapin II

Les piliers 3 et 4 au centre de ce webinar représentent la plus grande difficulté à laquelle sont confrontées les entreprises dans la mise en place de la loi Sapin 2. Par ailleurs, seuls 6% des assujettis à la loi Sapin 2 ont mis en place les 8 piliers de la loi, tandis que 31% d’entre eux ont commencé sa mise en place avec des niveaux de mise en œuvre différents. 8 piliers sapin 2 cartographie des risques

Définition et objectifs de la cartographie des risques

La cartographie des risques de corruption se définit comme la démarche d’identification, d’évaluation, de hiérarchisation et de gestion des risques de corruption inhérents aux activités de l’organisation, et adaptée au modèle économique des organisations concernées. Cela implique d’informer l’instance dirigeante de la société et de donner aux personnes en charge de la conformité la visibilité nécessaire pour mettre en œuvre des mesures de prévention et de détection proportionnées aux enjeux identifiés par la cartographie.

Caractéristiques de la cartographie des risques par l’A.F.A (Agence Française Anticorruption)

La cartographie des risques doit nécessairement être complète, couvrir l’ensemble des métiers de votre organisation, prendre en compte les particularités de chaque organisation et faire participer les acteurs des processus à tous les niveaux de hiérarchie. La cartographie doit être :
  • formalisée à l’écrit, structurée et synthétique afin de pouvoir être présentée sans délai à l’A.F.A,
  • évolutive, l’entreprise doit réévaluer les risques de manière périodique, notamment dès qu’un élément important de l’organisation évolue, dans une démarche d’amélioration continue de la cartographie.