Le redressement judiciaire concerne toute entreprise en cessation de paiement dont l’activité n’est pas irrémédiablement compromise. Bien que délicat, le redressement judiciaire se présente alors comme une seconde chance pour l’entreprise qui frôle de justesse la faillite.

Une perspective de redressement

Dans le cas où une entreprise rencontre des difficultés à régler ses charges et que cas extrême, elle ne parvient plus, ni à se financer, ni à rentabiliser son investissement, un dépôt de bilan doit être effectué. Ce dernier recours se pose comme une solution pouvant efficacement remédier au problème.

Le redressement judiciaire, un nouvel espoir

L’entreprise lorsqu’elle est placée sous redressement judiciaire, est soumise à un contrôle judiciaire. En ceci l’entreprise qui peine à exploiter son activité conserve son employabilité et son activité tout ayant une seconde chance de trouver une solution aux problèmes qui empêchent l’expansion de ses recettes. Ainsi l’entreprise sous la protection du tribunal compétent échappe à la liquidation et retrouve un nouvel espoir afin de recouvrir ses dettes.

Les procédures pour établir un nouveau plan de continuité

La survie de l’entreprise est placée dans les mains d’un administrateur judiciaire nommé par le tribunal. Il opère sur une période d’observation durant laquelle il est en charge d’analyser si oui ou non, l’entreprise possède la capacité de générer à nouveau du profit afin de créer des bénéfices et régler ses dettes. Pour ce faire, il établit un diagnostic, évalue le potentiel de l’entreprise et agit en conséquence.

Une telle procédure peut être difficile et éprouvante pour le dirigeant. Seulement, s’il est accompagné d’un conseiller pouvant le soutenir dans ses démarches, le redressement judiciaire ne représente pas une menace mais plutôt une opportunité qui servira à l’entreprise de construire un plan de continuité.