Retour à la carte

Mis à jour 01/10/2020

India country report

  • Pays : India
  • Capitale : New Delhi
  • Surface (sq km) : 3 287 260
  • Population : 1,00 m
  • Chef d'Etat : Président Ram Nath KOVIND
  • Langues officielles : Hindi ; anglais

Aperçu du pays

Avec plus de 1,3 milliard de citoyens, l'Inde est la démocratie la plus peuplée du monde et le deuxième plus grand pays. Elle est devenue une république souveraine en 1947 et a rejoint le Commonwealth des anciennes colonies britanniques en 1950. L'Inde a des frontières avec le Pakistan au nord-ouest, avec la Chine, le Bhoutan et le Népal au nord-est, et avec le Bangladesh et le Myanmar à l'est. L'économie indienne comprend l'agriculture villageoise, l'agriculture moderne, l'artisanat, les industries modernes et les services (qui représentent la moitié du PIB). Jusqu'aux années 1990, l'économie était freinée par des contrôles étatiques stricts, mais ceux-ci ont été considérablement libéralisés dans une première génération de réformes, et dans les années 2000, l'économie a connu une croissance moyenne de plus de 7 % par an. Toutefois, pour réaliser le potentiel de l'Inde dans les années 2020, il faudra relever des défis majeurs, notamment les lacunes en matière d'infrastructures, les restrictions politiques, juridiques et pratiques concernant l'utilisation des terres, l'inefficacité de la lutte contre la pauvreté et l'héritage de la corruption. Parmi les autres facteurs qui restent à surmonter, citons les structures fiscales nationales inefficaces, les insurrections dans le nord-est, la fragile détente avec le Pakistan, la dépendance à l'égard des moussons erratiques et les tensions communales et sectaires. Les mesures visant à intégrer les transactions et l'emploi dans l'économie formelle et la numérisation des entreprises et du gouvernement progressent dès leurs débuts.

Environnement économique

Les données du PIB montrent que la production en Inde a chuté de près d'un quart au deuxième trimestre, ce qui constitue le plus grand défi auquel le pays ait été confronté ces dernières décennies, la pandémie n'ayant pas encore atteint son point culminant.

L'indice d'optimisme des entreprises de Dun & Bradstreet a atteint un nouveau record d'optimisme dans les réponses à l'enquête pour la période de juillet à septembre (T3 2020). Bien qu'il ait été réalisé en juin, il a enregistré une baisse de 40,6 % par rapport au trimestre précédent, pour atteindre 29,4. Seuls 24 % et 27 % des personnes interrogées s'attendent à ce que le volume des ventes et les bénéfices nets augmentent au troisième trimestre. Des millions d'entreprises dépendront, pour leur survie à court terme, d'une tolérance réglementaire autorisant la non-reconnaissance des prêts douteux, après que la Banque de réserve de l'Inde ait autorisé, à partir du mois d'août, la restructuration des prêts des petites entreprises débitrices sans déclassement de la classification des actifs. Les liquidités du système sont abondantes, augmentées d'un montant équivalent à 4,7 % du PIB grâce aux mesures de politique monétaire prises depuis février, mais le crédit bancaire aux micro, petites et moyennes entreprises a encore diminué, de 4,8 % (en glissement annuel) en juin. Depuis juillet, les termes de l'échange transfrontalier minimum conseillé sont passés de SD à LC, et l'on peut espérer que le déblocage de l'économie dans le cadre des assouplissements post-lockdown contribuera au troisième trimestre et permettra une reprise positive en trimestre. Toutefois, nous recommandons la prudence sur les perspectives, car, en termes de cas, la pandémie Covid-19 est loin d'avoir atteint son point culminant en Inde, et parce que les multiples effets de second tour de la grande dislocation du verrouillage depuis le deuxième trimestre n'ont pas encore joué dans les décisions et les ressources des entreprises et des ménages. En outre, le fait que plusieurs États clés aient prolongé ou réimposé des mesures de confinement depuis la fin du deuxième trimestre est préoccupant. En août, la Banque de réserve de l'Inde s'est limitée à souligner que le PIB réel chuterait pendant l'année fiscale en cours (avril-mars) et que la contraction économique (en glissement annuel) se prolongerait jusqu'au trimestre de juillet-septembre.

Couverture Data

19 574 877 entreprises

8 319 018 bénéficiaires effectifs