Les faillites d’entreprises diminuent dans le monde, malgré les défis économiques de plus en plus nombreux

Le rapport 2019 de Dun & Bradstreet sur les faillites mondiales d’entreprises révèle une diminution globale de celles-ci. Toutefois, les défis économiques étant de plus en plus nombreux, le nombre de faillites d’entreprises devrait augmenter au cours des prochains mois.

Une baisse des faillites d’entreprises, malgré les défis économiques

49% des pays présents dans le rapport ont enregistré une baisse du nombre de faillites d’entreprises, en comparaison des années 2017 et 2018, et ce malgré les incertitudes économiques, à l’instar des difficultés commerciales entre les États-Unis et la Chine, la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne, et un ralentissement de la consommation des ménages en Chine.

« Le rapport Global Bankruptcy nous rappelle une fois de plus les défis auxquels de nombreuses entreprises sont confrontées dans le climat d’incertitude actuel. » déclare Markus Kuger, économiste en chef chez Dun & Bradstreet. « Nos prévisions de croissance pour 2019 ont été revues à la baisse depuis le début de l’année, et un ralentissement de la croissance est attendu dans la plupart des régions. »

Global Bankruptcy Report faillites

La Russie et le Japon ont enregistré une baisse du nombre de faillites d’entreprises en 2018, de même que les États-Unis, l’Allemagne et l’Italie, qui ont vu leurs faillites d’entreprises diminuer respectivement de 3 %, 3,9 % et 5,8 %. Au Royaume-Uni, le taux a quasiment stagné, avec une très légère baisse de 0,3 %.

Une augmentation des faillites d’entreprises dans certains pays

En revanche, 41,9 % des pays couverts par le rapport ont enregistré une augmentation du nombre de faillites, contre 35% entre 2016 et 2017. Les pays scandinaves, l’Australie et l’Espagne ont tous connu une augmentation du nombre de faillites d’entreprises sur leur territoire en 2018.

Faillites et retards de paiement

Les retards de paiement ou les impayés de la part des clients contribuent bien souvent à la défaillance d’une entreprise. L’analyse des paiements effectuée par Dun & Bradstreet indique qu’en Allemagne, le nombre de jours de retard de paiement moyen s’élève à 6,7 jours au premier trimestre 2019 : le pays fait beaucoup mieux que la moyenne européenne de 13,4 jours. Au Royaume-Uni, le nombre de jours de retard de paiement s’est légèrement amélioré, passant de 14,7 jours au deuxième trimestre de 2018, à 13,7 jours au premier trimestre de 2019. Aux États-Unis, la probabilité qu’une entreprise règle ses factures avec plus de 90 jours de retard est à son plus bas niveau en cinq ans.

Retrouvez l’intégralité du Global Bankruptcy Report 2019