Après les Assises des délais de paiement du 12 juin dernier au MEDEF à Paris, la Figec et l’AFDCC délocalisent les Assises à Lyon le 10 octobre prochain à la CCI Lyon Métropole, avec le soutien de Lyon Pacte PME. Thierry Millon, directeur des études Altares D&B, y présentera les résultats d’une étude sur les délais de paiement dans la région Auvergne-Rhône-Alpes (AURA).

Pourquoi Lyon pour ces premières Assises régionales des délais de paiement ?

La région Auvergne-Rhône-Alpes est la deuxième de France en termes de poids économique. Elle dispose d’un patrimoine culturel très riche, d’une histoire très ancienne et par conséquent d’une économie solide dans de nombreux secteurs clés, aussi bien dans l’industrie que les services.

AURA est la première région industrielle de France avec 500 000 emplois dans des secteurs industriels très variés dont le textile, l’imprimerie, l’automobile. Elle compte parmi ses entreprises phares, Michelin, le leader mondial du pneumatique. L’agro-alimentaire n’est pas en reste, ainsi AURA est la première région de France en nombre de productions agricoles sous label (AOP, IGP,…) et bios. Les services y sont aussi très bien implantés en particulier les secteurs de la communication et du tourisme. Destination internationale de première importance, le plus grand domaine skiable au monde s’étend sur le territoire d’AURA. Carrefour entre le nord et le sud de l’Europe, la région est limitrophe avec la Suisse et l’Italie. Les transports routiers ferroviaires et aéronautiques y tiennent une place majeure. Les nouvelles technologies ne sont pas oubliées, la région dispose de nombreux centres d’innovation, notamment la ville de Grenoble, surnommée la Silicon Valley européenne. Région majeure de l’économie française, les entreprises en AURA constituent un indicateur de première importance en matière de délais de paiement.

AURA se distingue-t-elle en matière de délais de paiement par rapport à la moyenne nationale ?

La question ne porte pas tant sur les délais de paiement, qui sont encadrés par la loi modernisation de l’économie (LME) de 2008, que sur les retards de paiement. En effet, Altares constate que moins d’une entreprise française sur deux paye ses fournisseurs à la date d’échéance de facture. Les assises de Lyon seront l’occasion de partager les dernières mesures régionales et vérifier où en sont actuellement les comportements de paiement des entreprises. Auvergne-Rhône-Alpes fait généralement mieux que le reste de la métropole en matière de délais de paiement. Plusieurs raisons expliquent cette situation, à commencer par l’histoire commerçante de Lyon qui à l’appui de ses foires franches, s’est ouverte aux marchands de toutes nationalités. Toutes les monnaies circulent alors mais les paiements se font aussi par lettre de change. Tous ces échanges commerciaux qui se multiplient, nécessitent alors d’être contrôlés. La collecte d’informations s’organise pour assurer ses crédits et limier ses risques. Enquêteurs, agents de recouvrement se professionnalisent. C’est la raison pour laquelle beaucoup de structures spécialisées dans la gestion du risque client sont installées à Lyon et aux alentours dont de nombreux adhérents historiques de la Figec.

Pourquoi des Assises des délais de paiement à Lyon ?

Si les délais de paiement constituent un enjeu national majeur, ils sont souvent pour les chefs d’entreprises de chaque région de France un frein à la croissance et donc au recrutement. Parfois même, les retards de paiement sont à ce point fréquents ou longs qu’ils compromettent la survie du fournisseur. Heureusement, de bonnes pratiques existent, des comportements vertueux et parfois exemplaires qu’il convient de mettre en avant.

C’est aussi l’enjeu des assises des délais de paiement qui, sans masquer des réalités inacceptables, cherchent à partager des modèles vertueux. Ces réussites inspirantes sont nées dans les entreprises des territoires mais aussi dans les organisations publiques locales. C’est pourquoi, il était important que les assises des délais de paiement, après six années parisiennes, entament un tour de France dont la première étape nous conduit en Auvergne Rhône-Alpes, région au cœur de l’histoire économique et financière avec Clermont-Ferrand berceau de la deuxième plus ancienne banque en France, la banque Chalus, et Lyon qui reste une des places commerciales les plus fréquentées d’Europe.

Proposées par la Figec et l’AFDCC avec le soutien de Lyon Pacte PME, ce premier rendez-vous régional du « Name and Fame » en matière de comportement de paiement, riche en échanges de bonnes et parfois moins bonnes pratiques, accueillera dirigeants d’entreprises et décideurs publics à la CCI Lyon Métropole en matinée du 10 octobre sous le regard bienveillant de Jacquard.