Paru dans l’Argus de l’Assurance.

Pour Laurent Luce, expert Compliance chez Altares, cette attitude proactive française s’explique par deux principales raisons : économiquement, plus un État adopte de lois pour lutter contre la corruption et le blanchiment d’argent, plus les investisseurs peuvent investir d’une manière sereine. C’est d’ailleurs un des objets de la loi Sapin 2. Sur un autre volet, la France a connu des attentats en 2015, et a décidé de durcir sa législation au vu des modes de financement des terroristes.

Lire plus