Altares propose une série de vidéos en plusieurs épisodes, dans le cadre du contexte sanitaire et économique que nous rencontrons actuellement, relatif au Covid-19.

Ce premier épisode porte sur la solidarité interentreprises, sujet abordé par Thierry Millon, Directeur des études Altares.

Confinée depuis mi-mars, la France est à l’arrêt et son économie tourne au ralenti. L’INSEE estime à 35% la perte d’activité liée au confinement. OCDE juge urgent de lutter contre les faillites d’entreprises dont le nombre est redouté en forte augmentation.

C’est pourquoi en France comme en Europe, les pouvoirs publics mettent en place des plans d’accompagnement exceptionnels pour soutenir l’économie. L’enveloppe budgétaire mise en œuvre pour répondre à l’urgence de la situation est sans précédent. Mais l’enjeu est de taille : hébergement, restauration, transports, événementiel, commerce, construction ou encore services aux particuliers, la liste des activités impactées est longue.

Le dispositif public vise à permettre aux entreprises de tenir, passer le cap du confinement, mais aussi de préparer la phase de reprise.

Le tissu productif de notre économie est plutôt résilient et le dispositif d’accompagnement public devrait permettre d’éviter une explosion des défauts d’entreprises. Ces derniers vont pourtant augmenter. En effet, en dépit d’une forte baisse sur le premier trimestre, 2020 pourrait compter 4000 à 5000 défaillances de plus par rapport à 2019.

C’est pourquoi dans cette situation, la solidarité interentreprises doit jouer à plein. Les factures de début mars ont été honorées, mais depuis la situation s’est rapidement tendue, par manque de fonds parfois, mais aussi par préservation du cash d’autres fois. Les retards et défauts de règlements clients augmentent pourtant de 25% la probabilité de tomber en défaillance. Il est donc essentiel de régler ses fournisseurs à l’heure, voire plus tôt pour les clients qui le peuvent, faute de quoi la reprise sera bien difficile pour beaucoup, notamment tous ceux dont la trésorerie aura été engloutie par l’épisode Covid-19. L’hypothèse d’une reprise progressive après le confinement ou jusqu’à l’été, puis une activité plus soutenue après l’été est avancée, contribuant à réussir ensemble ce scénario.

Visionnez le témoignage de Thierry Millon, Directeur des études Altares.