Altares, membre du réseau Dun & Bradstreet, spécialiste des données d’entreprises, a remporté un appel d’offres lancé par la Commission européenne. Les parties ont conclu un accord-cadre prévoyant la mise à disposition des produits et services d’Altares – Dun & Bradstreet aux diverses instances qui relèvent de la Commission. L’accord couvre une période de quatre ans et permet à la Commission européenne ainsi qu’à ses instances de réaliser des analyses détaillées en s’appuyant sur la base de données d’Altares-D&B, qui contient des informations sur plus de 370 millions d’entreprises, et de prendre des décisions fondées sur des données.

Contribution à la définition d’une politique plus stable

Les instances ayant recours aux services et produits d’Altares sont en mesure de mener une politique efficace, plus sûre et plus stable. Elle leur permet de gérer plus efficacement les fonds européens et donc l’argent public. Cette vaste base de données leur ouvre en effet la voie à une analyse approfondie des organisations et des fournisseurs à qui elles ont affaire. Par ailleurs, elle leur permet d’établir des prévisions précises sur divers secteurs, voire de dégager des tendances (macro)économiques, comme les conséquences entraînées par la pandémie de COVID-19.

Utilisation de données dans le cadre de diverses tâches

Les données d’Altares, partenaire exclusif en France, au Benelux et au Maghreb de Dun & Bradstreet peuvent être utilisées dans le cadre de différentes tâches incombant à la Commission européenne et à ses instances. Elles peuvent notamment servir à soutenir les politiques – visant par exemple les petites et moyennes entreprises – propres à certains secteurs. Elles s’avèrent également utiles lors de la conclusion de contrats avec des parties situées dans l’Union Européenne et en dehors. Ces données sont aussi exploitées lors de la procédure de sélection des parties qui sollicitent des subsides ou des financements auprès de la Commission européenne, pour s’assurer par exemple qu’elles répondent bien aux exigences requises, ou qu’elles ne sont pas impliquées dans le financement d’activités terroristes ou dans toute autre forme de fraude.