Le 30 septembre dernier s’est tenue la nouvelle édition du Tremplin vers la nouvelle économie de la communication, digitalisée en raison des circonstances.

Animé par Dominique Scalia, Président de l’Observatoire COM MEDIA, ce webinar recevait 4 chefs d’entreprises sur les thèmes du confinement, du post-confinement, de la reprise d’activité, et de la mutation de leur entreprise.

Baromètre sur la tendance de la filière de la communication et l’impact du Covid-19

Dominique Scalia a ouvert cette édition en présentant le baromètre de l’Observatoire COM MEDIA :

  • 77% des répondants à l’enquête déclaraient avoir perdu moins de 50% de leur chiffre d’affaires depuis le confinement, avec de fortes disparités intersectorielles,
  • 66% déclaraient ne pas rencontrer de difficultés de trésorerie,
  • 42% déclaraient une stabilité de leurs effectifs.

D’une manière générale, les sondés ont déclaré bénéficier d’un climat extérieur plutôt bon avec des relations correctes avec leurs partenaires financiers et clients.

Quant à la confiance des dirigeants, elle s’est dégradée avec la crise sanitaire :

  • 49% d’entre eux se déclarent confiants,
  • 28% pas confiants,
  • 8% pas confiants du tout.

Le climat de la relance vu par les dirigeants d’entreprises de la filière communication

Eric Trousset, Président IREP (Institut de Recherches et d’Études Publicitaires) et Balmétrie (Groupement d’Intérêt Économique rassemblant les principaux acteurs de la profession)

Avec le confinement de la population et l’arrêt complet de l’activité de plusieurs secteurs, les chiffres du 1er semestre 2020 étaient alarmants pour le domaine des médias :

  • -23% d’activité pour le marché publicitaire,
  • entre -40 et -60% pour l’imprimé publicitaire, l’affichage extérieur et le cinéma,
  • -9% dans le digital,
  • -4% pour les réseaux sociaux.

D’autres médias ont en revanche préservé leur activité durant cette période : la presse, la radio et la télévision, cette dernière a d’ailleurs enregistré des niveaux d’audience historiques.

 

Fabienne Filliole, Directrice Générale Afluens Group (groupe de production cross-média)

« Faire de cette crise une réflexion sur les opportunités. »

Le confinement a engendré une perte de repères et de certitudes dans les entreprises, qui font face à plusieurs enjeux majeurs :

  • conserver le lien entre les équipes, les clients et les fournisseurs,
  • préserver sa trésorerie mais aussi celle des autres,
  • soutenir les acteurs les plus faibles (paiements assurés en temps et en heure),
  • utiliser tous les outils mis à disposition par le Gouvernement (PGE, chômage partiel…).

La mise en place des plans de reprise d’activité a mis en évidence les fragilités des entreprises et la nécessité de transformation digitale et numérique, accélérée par l’embarquement des collaborateurs dans le projet (formations).

La filière de la communication étant composée de 85% de TPE et PME, il est vital que toutes les entreprises de la communication agissent de concert pour assurer leur reprise et leur pérennité.

 

Lionel Chaumeil, Groupe Chaumeil (print, communication et gestion documentaire)

« On a constaté un grand élan de solidarité des équipes »

Le groupe Chaumeil a mis à profit la période de confinement pour lancer un plan de formation pour moderniser sa structure, avec le soutien de ses collaborateurs qui ont fait preuve d’une grande solidarité.

A l’heure de la reprise post-confinement, les rapprochements et regroupements d’acteurs sont devenus monnaie courante, avec des entreprises ayant le même objectif : sortir plus forts de la crise grâce à la digitalisation, renforcer la sécurité des données, redéfinir le plan de communication, renforcer la raison d’être des organisations, et créer des plans d’investissements importants avec des recrutements conséquents.

Une grande attention est portée actuellement à la trésorerie des entreprises, avec une vigilance accrue sur les délais de paiement.

 

Jean-François Curtil, Président Exterion Media (affichage)

« Nous rentrons maintenant dans une phase d’application des enseignements de la crise »

L’affichage extérieur a été très durement touché dès le début de la crise avec un arrêt total de l’activité : -100% de chiffre d’affaires pendant 2 mois et demi pour Exterion Media.

Il a d’abord fallu sécuriser les équipes et organiser le travail à distance des équipes qui avaient, par chance, suivi une formation sur la digitalisation quelques semaines plus tôt.

« Pour nous, 3 axes de développement prioritaires : innovation, engagement sociétal, data ».

Pour Jean-François, le levier principal de la relance s’articule autour de 3 sujets :

  • la contribution à la réduction de l’empreinte carbone (notamment production éco-responsable de la filiale papier),
  • contribuer à un monde meilleur qui créé du lien et de la solidarité, en utilisant le digital pour diffuser du contenu sociétal,
  • faire de la data un outil qui permet d’être plus efficace et mieux répondre à la demande client.

 

Dominique Scalia

« Je retiens la résilience et la solidarité dont vous avez fait preuve en entreprise ».

2 leviers clés pour la reprise :

  • la reprise de la commande par les grands groupes,
  • la mobilisation de la commande publique.

Pour ce faire, la mobilisation de la filière, qui est d’ores et déjà au rendez-vous, sera primordiale.

Regards croisés des partenaires institutionnels de COM MEDIA

Pierre Pelouzet, Médiateur des entreprises

« Les appels d’offres et les bons de commandes doivent être poussés par les Grands groupes et les administrations »

La solidarité est une des clés de la réussite de la sortie de crise. #DefiEntreprisesSolidaires

L’économie française tient contre toute attente, grâce notamment aux aides de l’État à destination des entreprises, à la résilience et à la force collective des chefs d’entreprises qui se sont adaptés et ont mobilisé leurs équipes.

D’ailleurs, le nombre de défaillances d’entreprises est en baisse comme nous l’indique l’étude Défaillances et sauvegardes d’entreprises en France au 3ème trimestre 2020.

Il existe par ailleurs un nouvel outil de crise : le financement du bon de commande garanti par l’État. Le factor avance les fonds dès l’acceptation d’une commande, plutôt qu’à l’émission de la facture, ce qui fait gagner à l’entreprise plusieurs semaines de trésorerie. Beaucoup d’organisations sont en effet à trésorerie zéro, ce qui constitue un énorme frein pour la reprise, d’où la mise en place de ce dispositif.

Mais il faut aussi voir à plus long terme. Les petites entreprises notamment doivent se tourner vers l’innovation, qui vient de moins en moins des grandes entreprises.

 

Paola Fabiani, Présidente du COMEX40 – Medef

« Comment valoriser d’autres indicateurs que les indicateurs financiers au sein des entreprises ? »

Créé il y a 1 an et demi par des entrepreneurs du Medef, le COMEX40 a vocation à doter le Medef d’un organe de réflexion sur les enjeux sociaux et sociétaux qui vont impacter les entreprises demain.

On constate que les entreprises qui ont le mieux réagi à cette crise ne sont pas forcément les plus grosses, mais les plus agiles. Comment mieux se préparer aux prochaines crises, qui arriveront nécessairement ? C’est une des questions qui orientent les réflexions du COMEX.

Autre sujet phare du COMEX40 : la RSE, ou comment sensibiliser davantage les entreprises aux critères ESG (Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance) et saisir l’opportunité du plan de relance pour amener à une transition écologique ?

Le COMEX40 planche aussi sur le sujet de l’altercroissance ou comment valoriser d’autres indicateurs que les indicateurs financiers au sein des entreprises ?

Pierre Pelouzet a conclu ce webinar avec 3 mots à retenir : résilience, solidarité, innovation, et a salué les initiatives de l’État qui ont servi les intérêts des entreprises.