Petit-déjeuner débat AFDCC – le 20 Octobre, à Lyon

Étude défaillances d’entreprises – T2 2020

12 pages

25 minutes de lecture

Étude défaillances d’entreprises – T2 2020

Moins de 6000 défaillances mais 43 400 emplois menacés Les entreprises tiennent bon, mais 100 000 sont en tension

Le premier semestre 2020 restera dans les annales de l’accompagnement de l’entreprise en difficulté. Moins de 17 000 entreprises ont fait l’objet d’une procédure collective à mi année. Il faut remonter à plus de trente ans pour trouver un nombre aussi faible. Ces chiffres paraissent pourtant invraisemblables au regard de la force de la crise. En réalité, c’est l’aménagement des textes règlementaires qui a permis cette étonnante résistance des entreprises. Sans cette adaptation du droit et l’aide des pouvoirs publics, des dizaines de milliers d’entreprises seraient tombées dès ce 2ème trimestre, beaucoup disposant de moins de trente jours de liquidité pour faire face aux dépenses immédiates.

Téléchargez la publication

    • Hidden
    • Hidden
    • Hidden
    • Hidden
    • Hidden
    • Hidden
    • Hidden
    • Hidden
    • Hidden
    • Hidden
    • Hidden
    • Hidden
    • Hidden
    • Hidden
    • Hidden
    • Hidden
    • Hidden
    • Hidden
    • Hidden
    • Hidden
    • Hidden
    • Hidden
    • Hidden
    • Hidden
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
* Champ obligatoire, « Les informations suivies d’un astérisque doivent obligatoirement être renseignées. En cliquant sur « Envoyer », vous consentez au traitement des données à caractère personnel par ALTARES – D&B, en tant que responsable de traitement, à des fins de gestion de votre demandes d’envoi de la publication. Les données à caractère personnel vous concernant pourront être conservées 3 ans à compter de la collecte. Vous pouvez exercer vos droits, d’opposition, d’accès, de rectification, de limitation, de portabilité et d’effacement en nous contactant à l’adresse [email protected] En cas de litige, vous disposez également d’un droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL.»