Table ronde AFDCC-ALTARES – 22 septembre 2022 de 11h à 13h30 à Vitrolles

BRETAGNE

1 261 défaillances d’entreprises en 2020

Malgré la crise, les défaillances reculent dans la plupart des départements et secteurs d’activité.

Le 19 janvier, Altares publiait son étude Défaillances et sauvegardes d’entreprises en France au 4ème trimestre et bilan 2020, produite par Thierry Millon, Directeur des études Altares. Zoom sur les chiffres de la région Bretagne. Avec 1 261 procédures enregistrées dans la région, le niveau global des défaillances a reculé en un an de 36,3 % en Bretagne. Un recul du aux dispositifs gouvernementaux mis en place au printemps pour soutenir les entreprises (report de charges, gel de la date de cessation de paiement, prêts…).
La Bretagne semble toutefois avoir moins bien résisté que l’ensemble des régions : les défaillances hors sauvegardes ont reculé de 38,6 % sur le territoire national contre 36,3 % en Bretagne. Le Morbihan enregistre la plus rapide baisse de Bretagne. C’est traditionnellement en Ille-et-Vilaine que l’on observe le plus grand nombre de défaillances d’entreprises, avec toutefois une baisse depuis 5 ans, accélérée en 2020 (-41,9%). C’est donc désormais le Finistère qui concentre le plus grand nombre de défaillances, et le plus faible recul des procédures en 2020 (-23,4%).

Les défaillances par taille d’entreprises en Bretagne

La sinistralité a chuté dans les entreprises de toute taille. On observe la plus forte amélioration sur les entreprises de 10 à 49 salariés (-42,9 %). Dans les TPE et les entreprises de plus de 50 salariés, les défaillances sont en recul de respectivement 36,1 % et 25 %. Par ailleurs, moins d’une dizaine de sociétés de plus de 50 salariés ont fait défaut en 2020.

Les défaillances par secteur en Bretagne

Bâtiment

236 entreprises du bâtiment sont entrées en défaillance en 2020, soit 37,2 % de moins qu’en 2019. Dans le gros œuvre, la maçonnerie résiste bien (-36 %). Dans le second œuvre, on observe un recul de 23 % en peinture et de 20 % en menuiserie bois et PVC. En revanche, l’immobilier a été plus à la peine : 11 défaillances d’agences d’immobilières ont été enregistrées en 2020 contre 10 en 2019.

Commerce

Le commerce de détail a également bien résisté (-35 %), notamment l’alimentation générale (- 32 %), le mobilier (-46 %) et l’habillement (- 52 %). Le recul des défaillances est également rapide chez les garagistes (-50 %) mais l’année 2019 avait été fortement sinistrée pour le secteur (+40 %).

Industrie

L’industrie agroalimentaire observe un net recul des défaillances (-55 %) porté par les artisans boulangers-pâtissiers (-63 %).

Services aux entreprises

Dans le secteur des services aux entreprises, qui enregistre une baisse de 38 %, la tendance est contrastée selon les activités. Si on observe un recul de 50 % dans le secteur du conseil pour les affaires, la sécurité privée et le nettoyage courant des bâtiments semblent ne pas avoir profité de la mise en place chez leurs clients des mesures de protection sanitaire et voient leur niveau de défaillances se stabiliser.

Restauration

Activité administrativement fermée une grande partie de l’année, la restauration a bien tenu, qu’elle soit traditionnelle (-33 %) ou rapide (-53 %). Il en va de même pour le débit de boisson (-  25 %).

Services à la personne

Le secteur des services à la personne semble avoir moins bien résisté que les autres et observe une stabilisation du niveau de défaillances (+1,3%). Tout comme en 2019, 13 instituts de beauté ont fait défaut en 2020. Du côté des salons de coiffure, la tendance est similaire avec seulement 2 défaillances de moins par rapport à 2019 (30 contre 32). Dans des volumes moins importants, les cessations de paiement ne reculent ni dans les activités d’entretien corporel (saunas, stations thermales), ni dans la blanchisserie.

Télécharger l’étude défaillances 2020

Partager l'article :

Prenez rendez-vous avec un expert