Petit-déjeuner débat AFDCC – le 20 Octobre, à Lyon

Partager l'article :

Dans un cadre concurrentiel, l’éthique peut faire toute la différence, et favoriser grandement votre croissance, une croissance saine, transparente et durable.
Dans un cadre concurrentiel, l’éthique peut faire toute la différence, et favoriser grandement votre croissance, une croissance saine, transparente et durable.

Retrouvez dans cet article :

Dans le domaine des affaires, il peut être tentant de ne se concentrer que sur sa croissance, en respectant a minima les lois, notamment celle de la Conformité. Vous pensiez que c’était suffisant ? Sachez que la notion d’éthique va au-delà, c’est elle qui définit la valeur de votre entreprise, et peut faire la différence.

Éthique et compliance : deux notions distinctes ?

Si ces deux notions sont liées, elles ne sont pas synonymes. La conformité vise à respecter les règlements et lois en la matière, en France et à l’international (Sapin 2, LCB-FT…), pour se prémunir des risques de sanctions. L’éthique représente les valeurs de votre entreprise, portées par tous vos collaborateurs, en interne mais aussi publiquement, et permet de se prémunir du risque de réputation. La compliance est de l’application, l’éthique est de la prévention. La compliance est imposée, l’éthique est volontaire. Dans un cadre concurrentiel, l’éthique peut faire toute la différence, et favoriser grandement votre croissance, une croissance saine, transparente et durable.

Comment faire preuve d’une éthique irréprochable ?

Les normes RSE sont une bonne référence pour vous assurer de votre éthique, mais aussi de celle de vos tiers. La norme iso 26000 est le standard international en matière de Responsabilité Sociétale d’Entreprise, elle s’articule autour de 7 thèmes :
  • Droits de l’homme,
  • environnement,
  • loyauté des pratiques,
  • conditions de travail,
  • questions relatives aux consommateurs,
  • communautés et développement local,
  • gouvernance de l’organisation.
Cette norme permet de définir une charte éthique qui sera appliquée à toute l’organisation et à ses tiers. Elle doit comprendre notamment les engagements en termes de :
  • lutte contre la corruption,
  • respect des personnes et de la vie privée,
  • conformité à la législation,
  • concurrence loyale,
  • santé et sécurité au travail,
  • protection environnementale…
Attention cependant aux dérives de la suréthique, quand celle-ci vise non plus des objectifs moraux, mais des buts de communication.

Comment mesurer l’éthique de vos tiers ?

La connaissance clients, fournisseurs et prestataires est la clé pour une mesure complète de leur éthique. La due diligence a pour objectif de les évaluer, grâce à :
  • connaissance des Bénéficiaires Effectifs,
  • connaissance des risques de l’activité, du pays et sur l’environnement,
  • documents légaux comprenant des clauses éthiques.
Ces informations permettent d’élaborer la cartographie des risques, afin de savoir avec qui vous faites des affaires, et avec qui vous ne devez pas en faire.

L’éthique, source de croissance durable

L’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) a fixé à ses états membres un objectif de croissance inclusive et durable, profitant à l’ensemble de la société. Pour ce faire, elle recommande d’investir dans les personnes et territoires défavorisés, au travers d’une stratégie pour l’emploi, pour l’innovation, et d’un projet de croissance verte. Les préoccupations éthiques sont croissantes dans la société d’une manière générale, il y a pour les organisations un devoir de prise en compte de ces attentes via des produits et services « éthiques by design, qui offrent aux utilisateurs le sentiment – à juste titre – d’être respectés, reconnus dans leurs droits, et pas manipulés à des fins commerciales. Et un client qui a confiance, c’est un client satisfait qui restera fidèle. Vous avez besoin d’évaluer la conformité et l’éthique de vos tiers ? indueD est la solution compliance qui vous aide à savoir qui sont vos partenaires.