Convention USF 2022 les 5 et 6 octobre à Lyon

Retrouvez dans cet article :

HAUTS-DE-FRANCE

  • 1984 défaillances d’entreprises en 2021
  • Un niveau de défaillances étonnement bas, en chute de 16,6 %
  • Tous les départements concernés par la baisse des défaillances
  • Les PME de 10 à 49 salariés davantage fragilisées
  • Une remontée des défaillances à anticiper en 2022
Avec 1984 ouvertures de procédures collectives enregistrées en Hauts-de-France, le niveau global des défaillances a reculé de 16,6 % en un an. Les mesures d’aide déployées à partir du printemps 2020 pour soutenir les entreprises en difficulté sont restées en partie actives en 2021. Par ailleurs, face à la résurgence des variants du Covid-19, le calendrier d’allègement de ces aides a été adapté. Cet accompagnement de l’État et des territoires a permis de protéger les entreprises de la faillite et voir les défaillances atteindre leur plus bas niveau depuis 30 ans. Dans ce contexte favorable, la région Hauts-de-France semble même avoir mieux résisté que l’ensemble des régions : les défaillances ont reculé de 16,6 % en Hauts-de-France contre 11,8 % sur le territoire national.
Le Nord concentre à lui seul la moitié des défaillances des Hauts-de-France. En 2021 ces dernières sont tombées sous le seuil du millier (994) : c’est quasiment deux fois moins qu’en 2019. Le département enregistre toutefois l’amélioration la moins rapide de la région (-10 %). À l’inverse, la Somme enregistre le plus petit nombre de défaillances (128) mais le recul le plus fort (- 40 %) sur un an. Quant au Pas-de-Calais, il occupe la deuxième marche du podium avec 439 défaillances d’entreprises enregistrées en 2021, un nombre en baisse de 15 %. Pour la 6ème année consécutive, le département de l’Aisne enregistre une baisse des défaillances d’entreprises (-18 %) et comptabilise moins de 200 défauts (176). Dans l’Oise, le nombre de procédures collectives était repassé au-dessus de 500 en 2019 avant de baisser de 38 % en 2020 et encore de 24 % en 2021. Avec moins de 250 défaillances (247), le département compte désormais deux fois moins de défauts qu’avant crise.

Les défaillances par taille d’entreprises dans les Hauts-de-France

Les PME de moins de 50 salariés davantage fragilisées En Hauts-de-France, l’essentiel des défaillances (92 %) concernent des TPE. Ce sont donc naturellement ces dernières qui donnent le ton de la tendance régionale. Une trajectoire très favorable puisque les TPE enregistrent une baisse de près de 18 % du nombre de défaillances. En revanche, si les employeurs d’au moins 50 salariés ont été moins nombreux à passer en jugement en 2021 – moins d’une vingtaine (-11 %) – ceux de 10 à 49 salariés enregistrent une sinistralité qui a légèrement augmenté (+3 %). 139 de ces entreprises ont fait défaut contre 135 un an plus tôt.

Les défaillances par secteur dans les Hauts-de-France

Bâtiment

En 2021, dans la région Hauts-de-France, le bâtiment représentait un peu plus d’une cessation de paiement sur cinq. 424 entreprises du bâtiment ont été placées en redressement ou en liquidation judiciaire, soit 9 % de moins qu’en 2020. Cette tendance favorable est davantage portée par le second œuvre (-14 %) que par le gros œuvre (-3 %). En revanche, les travaux publics dans des volumes peu importants, basculent dans le rouge.

Commerce

Le commerce de détail résiste encore très bien (-20 %), notamment dans l’habillement (-40 %) ou le bricolage et équipement du foyer (-15 %). En revanche, les défaillances augmentent sensiblement (+23 %) dans le détail alimentaire. Dans la vente et réparation de véhicules automobiles, le nombre de procédures se stabilise tout juste à 130.

Industrie

En 2021, le nombre de défaillances recule encore rapidement dans l’industrie manufacturière (-11 %), une tendance portée par le textile ou l’habillement tandis que la sinistralité se stabilise en mécanique métallurgie.

Services aux entreprises

Les services aux entreprises enregistrent quant à eux un fort recul (-21 %) du nombre de cessations de paiement. Toutefois, les services d’architecture et d’ingénierie observent une forte dégradation (+38 %).

Transports

En 2021, le secteur des transports routiers de marchandises a comptabilisé moins de 40 défaillances, soit une en baisse de 41 % par rapport à 2020. Une performance tirée davantage par le fret de proximité (-53 %) que par l’interurbain (-22 %).

Restauration

La restauration a subi de nombreuses contraintes de fermetures administratives mais, grâce aux aides de l’État, le secteur a bien résisté. Le nombre des défaillances baisse donc encore fortement (-38 %), aussi bien dans la restauration traditionnelle que rapide. L’amélioration est également forte pour les débits de boisson (-27 %).

Services à la personne

Dans les services à la personne, la tendance est très bonne pour les coiffeurs et soins de beauté (-21 %) qui comptent désormais à peine plus de 70 défaillances d’entreprises (73) contre près de 150 en 2019.

Télécharger l’étude T4 + bilan 2021