Convention USF 2022 les 5 et 6 octobre à Lyon

Retrouvez dans cet article :

Bretagne

987 défaillances d’entreprises en 2021

Un niveau de défaillances étonnement bas, en chute de 21,7 % 

Tous les départements concernés par la baisse des défaillances 

L’agriculture fragilisée, en particulier les activités d’élevage

Avec 987 procédures collectives ouvertes en Bretagne en 2021, le niveau global des défaillances a reculé de 21,7 % en un an.

Les mesures d’aide déployées à partir du printemps 2020 pour soutenir les entreprises en difficulté sont restées en partie actives en 2021. Par ailleurs, face à la résurgence des variants du Covid-19, le calendrier d’allègement de ces aides a été adapté. Cet accompagnement de l’État et des territoires a permis de protéger les entreprises de la faillite et de voir les défaillances atteindre leur plus bas niveau depuis 30 ans.

Dans ce contexte favorable, la région Bretagne semble même avoir beaucoup mieux résisté que l’ensemble des régions : les défaillances ont reculé de 14,5 % en Bretagne contre 11,8 % sur le territoire national.


Le Finistère arrive en tête des départements où les défaillances d’entreprises ont le plus reculé en 2021 (-32 %). 273 procédures y ont été ouvertes : c’est deux fois moins qu’il y a trois ans.

Le Morbihan observe également un net recul des défauts (-27 %). 229 entreprises y ont été placées en redressement ou en liquidation judiciaire directe, un nombre très inférieur à celui constaté en 2019 (540).

285 défauts ont été enregistrés en Ille-et-Vilaine (- 16  %) en 2021 : c’est également deux fois moins qu’avant-crise.  

Enfin, dans les Côtes-d’Armor, la sinistralité est en très légère baisse (-4 %) mais ne descend pas sous le seuil des 200 défaillances.

 

Les défaillances par taille d’entreprises en Bretagne

En Bretagne, l’essentiel des défaillances (94%) concernent des TPE.Ce sont donc naturellement ces dernières qui donnent le ton de la tendance régionale. Et la tendance est très favorable puisque les TPE enregistrent une baisse de près de 23% du nombre de défaillances. En revanche, si les employeurs d’au moins 50 salariés ont été peu nombreux à passer en jugement en 2021 -moins d’une demi-douzaine-ceux de 10 à 49 salariés ont du mal à stabiliser leur sinistralité. 54 de ces entreprises ont fait défaut contre 52 un an plus tôt.

Les défaillances par secteur en Bretagne

Agriculture

En Bretagne, en 2021, la barre des 100 procédures collectives ouvertes a de nouveau été dépassée dans le secteur de l’agriculture. 104 entreprises agricoles ont défailli, soit 39 % de plus qu’en 2020 annulant quasiment la forte amélioration observée il y a un an (-40 %). C’est dans l’élevage que la dégradation est la plus forte (+68 %) sur les exploitations de vaches laitières ou associant culture et élevage.

Bâtiment

Moins de 200 entreprises du bâtiment (171) ont été placées en redressement ou en liquidation judiciaire en Bretagne, c’est 28 % de moins qu’en 2020. Une tendance favorable portée autant par le gros œuvre (-25%) que le second œuvre (-27%).

Commerce

Le commerce de détail résiste encore très bien (-36 %), notamment dans l’habillement (-52 %), le bricolage et équipement du foyer (-42%) ou bien encore l’alimentaire (-36%). En revanche, dans la vente et réparation de véhicules automobiles, en revanche, le nombre de procédures peine à se stabiliser ; 39 procédures ont été ouvertes contre 38 en 2020.

Industrie

En 2021, le nombre de défaillances recule encore sensiblement dans l’industrie manufacturière (- 8%). Néanmoins, la situation se tend dans les activités de métallurgie et de mécanique, même si le nombre de défaillances reste très faible.

Service aux entreprises

Dans les services aux entreprises la sinistralité est stable (+1 %), et ce dans la plupart des activités.

Transports

En 2020, le secteur des transports routiers de marchandises avait comptabilisé seulement 14 procédures collectives. En 2021, la barre des 20 défaillances est de nouveau franchie (21). Si leur nombre se stabilise dans le fret de proximité, il double en revanche pour l’interurbain.

Restauration

La restauration a subi de nombreuses contraintes de fermetures administratives mais, grâce aux aides de l’État, le secteur a bien résisté. Le nombre des défaillances baisse donc encore fortement (-47 %). Le recul est plus marqué dans la restauration traditionnelle (-48 %) que dans la restauration rapide (-25 %). L’amélioration est encore plus nette pour les débits de boisson (-62 %).

Service à la personne

Dans les services à la personne, la tendance est très bonne pour les coiffeurs et soins de beauté (-67 %) qui comptent désormais moins d’une vingtaine de défaillances d’entreprises.



Télécharger l’étude T4 + bilan 2021

Découvrez également le Fonds de solidarité proposé aux entreprises par le Gouvernement français.