Convention USF 2022 les 5 et 6 octobre à Lyon
big data tourisme
11 août 2022

Partager l'article :

Retrouvez dans cet article :

Big data et tourisme : oh non, c’est les vacances, on ne veut pas entendre parler de Big Data, on déconnecte ! Et pourtant, pour permettre de vous vider la tête à l’autre bout du monde, la data tourne à plein régime. De nos jours, de plus en plus nombreux sont ceux qui réservent leurs vacances en ligne. Plus besoin de se déplacer dans une agence comme c’était le cas il y a moins d’une décennie. On pense gagner du temps, pourtant nous y passons parfois des dizaines d’heures. Nous comparons les prix, les prestations, lisons des avis clients, visionnons des photos… Et finalement arrêtons notre choix sur une destination qui va nous permettre de tout oublier pendant 2 semaines. La technologie a changé notre façon de vivre dans tous les domaines, y compris les vacances durant lesquelles nous déconnectons.

Comment Big data investit le domaine du tourisme ?

Chaque fois que vous effectuez une recherche sur internet, un achat, regardez une vidéo, poster un avis, vous laissez votre trace et une importante quantité de données. Ces données massives, dites Big data, sont récoltées et analysées pour, notamment, vous proposer des publicités et des campagnes marketing. Une aubaine pour les agences de voyage, qui ont désormais toutes une présence en ligne. Elles y proposent plus ou moins de services (plutôt plus que moins). Leurs analystes exploitent ces données pour séduire le consommateur et l’accompagner dans l’organisation de son déplacement, pendant celui-ci, et même au retour. Big Data transforme peu à peu l’industrie mondiale du tourisme.

Big data et offres de tourisme personnalisées

Le plus intéressant pour l’internaute, outre le prix et le fait de pouvoir réserver à tout moment, même en pleine nuit, est de bénéficier de résultats de recherche personnalisés. Ceux-ci se basent sur leurs centres d’intérêt, leur localisation, leur budget, leurs besoins… On les suit dès la première recherche, et sur place où on leur réserve un accueil personnalisé. Interlocuteurs qui parlent leur langue, spécialistes qui les guident sur place, les conseillent, qu’ils souhaitent découvrir les endroits les plus renommés, comme partir à l’aventure hors des sentiers battus. Tout cela est possible grâce au traitement de leurs données en amont, durant et en aval. En effet, les touristes d’aujourd’hui sont nombreux à multiplier les voyages années après années. Les professionnels ont donc tout à gagner à rester en contact post séjour. Ils le peuvent grâce à des données enrichies, accessibles en quelques secondes, par les humains mais aussi, et surtout, par les machines qui automatisent leur traitement.

Big data influence les comportements des touristes

Même les petits budgets peuvent trouver leur bonheur en termes de vacances grâce aux nombreuses offres en ligne. Voyager n’est plus réserver à une élite. L’offre est si large qu’une grande partie de la population européenne peut trouver une façon de voyager, que ce soit dans son pays ou à l’étranger, en se déplaçant de façon autonome en voiture, ou via les airs, en logeant dans un hôtel ou chez l’habitant, tout est désormais possible.

De plus, la possibilité de se renseigner dans le détail en ligne, via des forums, des blogs, des avis permet aux voyageurs de savoir où ils se rendent, et de porter leur choix en conséquence. Ils peuvent étudier précisément les villes où ils souhaitent aller, et prendre contact avec d’autres voyageurs ou des locaux.

Mais, pendant inverse, certaines personnes développent également une peur du voyage ou de certains endroits. Elles se sont informées au sujet de l’environnement, de la politique du pays, des maladies, des crimes, de la faune et de la flore, ce qui les freinent dans leurs démarches. Des internautes laissent en ligne des avis sur des établissements qui peuvent leur causer du tort. C’est parfois justifié, parfois moins, on a coutume de dire qu’on laisse plus volontiers un avis quand il est négatif. Pour autant, s’assurer d’une forte présence sur le web est la plupart du temps positif pour les intéressés, qui encouragent leurs visiteurs à poster leur avis sur internet. J’ai récemment dîné dans un restaurant en Autriche qui me proposait une réduction de 10% sur l’addition. La condition ? Poster un avis sur leur fiche à la fin de mon repas, via un QR code fourni. Je l’ai bien entendu fait !

Avec le Big data, les comportements changent. Les touristes, plus informés (mais le sont-ils toujours mieux ?), sont plus enclins à s’adapter à la culture et à l’environnement des endroits qu’ils visitent. Mais ils sont aussi plus exigeants quant à la véracité de l’information qui leur a été délivrée. Les professionnels ont donc tout intérêt à assurer l’exactitude des informations qu’ils postent sur leurs organismes.

Et la protection des données ?

Les technologies numériques ont permis des avancées bénéfiques dans beaucoup de domaines dont celui du tourisme, tant pour les professionnels que pour les clients. Mais elles sont aussi décriées pour leurs usages plus insidieux. Toutes ces données relèvent de l’information personnelle. Elles doivent par conséquent respecter les législations sur la protection des données, en première ligne le RGPD. Les professionnels du tourisme doivent protéger les data de leurs utilisateurs. Ils doivent les informer du traitement de celles-ci et leur offrir un droit d’accès et de rectification. La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) a préconisé plusieurs étapes que devront suivre les acteurs du tourisme et autres entreprises collectant des données. Vous pouvez les retrouver dans leur guide de bonnes pratiques RGPD.