54 600 défaillances d’entreprises en 2018 (-1,0%)

Dont 14 855 sur le 4e trimestre (+4,2%)

Accélération des difficultés des sociétés de plus de 100 salariés – 171 000 emplois menacés en 2018 (+2,7%) dont 48 600 sur le 4e trimestre (+14,4%).

Paris le 24 janvier 2019 – La société Altares, expert de l’information sur les entreprises, partenaire exclusif en France de Dun & Bradstreet, 1er réseau international d’informations BtoB, présente son étude sur les défaillances d’entreprises : analyse du 4ème trimestre et bilan de l’année 2018.

2016 parvenait enfin à faire tomber le mur des 60 000 défaillances d’entreprises, dressé par la crise au printemps 2009. Dans la foulée, 2017 revenait au niveau de sinistralité de fin 2008 aux environs de 55 000 ouvertures de procédures collectives. 2018 portait alors l’ambition d’approcher le seuil des 50 000 procédures, comme en 2007, avant le tsunami des subprimes.

Mais la conjoncture a déjoué les plans. Si les prévisions de croissance pouvaient être régulièrement corrigées à la hausse en 2017, elles ont, en revanche, été revues à la baisse tout au long de l’année 2018. Dans ces conditions, la dynamique de reflux des défaillances d’entreprises a été freinée et 2018 ne s’améliore qu’à l’épaisseur du trait. 54 600 procédures collectives ont été prononcées, soit à peine 1% de moins qu’en 2017. Si le premier trimestre avait été encore très favorable (-9%), le deuxième ne restait dans le vert (-2%) qu’à la faveur d’un bon mois de mai, tandis que le troisième trimestre (+6%) révélait plus clairement un changement de cap. Le dernier trimestre (+4%) n’a pas corrigé la trajectoire.

« Lorsque s’amorce le mouvement des « gilets jaunes » en novembre, les entreprises sont donc déjà fragilisées par des trésoreries sous tensions depuis plusieurs semaines. » constate Thierry MILLON Directeur des études de la société Altares

Télécharger le Communiqué de Presse
Télécharger l’étude