Étude de défaillances et sauvegardes des entreprises en France – T4 et bilan 2022

Défaillances et sauvegardes d’entreprises T4 + bilan 2021 : focus AURA

10 février 2022

Sommaire

AURA

3022 défaillances d’entreprises en 2021

  • Un niveau de défaillances étonnement bas, en chute de 12,3 %
  • La région championne des procédures de sauvegarde
  • Tous les départements concernés par la baisse des défaillances
  • Une remontée des défaillances à anticiper en 2022

Altares a publié le 18 janvier dernier son étude Défaillances et sauvegardes d’entreprises en France au 4ème trimestre et bilan 2021, réalisée par Thierry Millon, Directeur des études Altares. Voici un aperçu des chiffres de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Avec 3022 entreprises placées en redressement ou en liquidation judiciaire dans la région, le niveau de défaillances recule de plus de 12 % en 2021 après une baisse de 42 % observée en 2020. Cette tendance favorable témoigne de l’efficacité des aides de l’État tout au long de cette année 2021 marquée par une reprise économique soutenue. Mais le débranchement progressif des aides, les difficultés d’approvisionnement en matières premières et l’envolée des prix menacent de fragiliser les trésoreries des entreprises.

A ces défaillances observées en Auvergne-Rhône-Alpes s’ajoutent 105 ouvertures de procédures de sauvegarde. Ce dispositif de prévention, accessible exclusivement aux entreprises qui ne sont pas encore en cessation de paiement, favorise leur réorganisation. C’est en Auvergne-Rhône-Alpes que ce recours a été le plus utilisé devant l’Île-de-France (92) et la Nouvelle-Aquitaine (89).

C’est dans le Cantal que la baisse des défaillances est la plus forte en 2021 (-40 %). Chaque mois, moins de 3 entreprises ont défailli dans le département.

Viennent ensuite la Loire (-18 %, 275 défauts), l’Ain (-18 %) – qui comptabilise deux fois moins de défaillances qu’en 2019 – et l’Isère (-17 %, 469 défauts).

Quant à la Haute-Savoie, elle passe sous le seuil des 300 défauts annuels (284) et observe une baisse de -14 % du niveau de défaillances.

Dans l’Allier, 100 défaillances d’entreprises ont été enregistrées en 2021, un nombre en recul d’un peu moins de 12 %. La Savoie (-11 %) est également proche de la moyenne régionale.

Les autres départements enregistrent un recul des défauts inférieur à 10 %. L’Ardèche tombe juste sous le seuil de 90 défauts après une baisse d’un peu plus de 8 %. Le Rhône enregistre également un recul des défauts de 8 %. Le département compte à peine plus de 870 défaillances mais représente désormais 29 % de l’ensemble de procédures ouvertes en Auvergne-Rhône-Alpes contre 25 % avant la crise.

Le Puy-de-Dôme affiche 215 défaillances, en recul de 7 % par rapport à 2020. La Haute-Loire compte quant à elle 47 défauts contre 50 en 2020 (-6 %). Enfin, la Drôme observe une baisse de 5 % du niveau de défaillances avec moins de 200 procédures ouvertes.

Les défaillances par taille d’entreprises en AURA

Les PME résistent bien

En Auvergne-Rhône-Alpes, l’essentiel des défaillances (94 %) concernent des TPE. Ce sont donc naturellement ces dernières qui donnent le ton de la tendance régionale. Une tendance encore une fois favorable puisque les TPE de la région enregistrent une baisse de 13 % du nombre de défaillances.

Moins nombreuses, les PME de 10 à 49 salariés présentent un recul des défauts moins rapide (-4 %). Quant aux employeurs d’au moins 50 salariés, un peu plus d’une vingtaine (22) a défailli en 2021. Leur niveau de défaillances ne baisse pas, il est même stable sur les cinq dernières années, exception faite de 2019 qui comptait 32 défaillances.

Les défaillances reculent dans la plupart des secteurs ; dans le bâtiment, le gros œuvre est fragilisé

Les défaillances par secteur en AURA

Bâtiment

En 2020, le bâtiment avait enregistré une performance remarquable en Auvergne-Rhône-Alpes : le nombre des défaillances d’entreprises du secteur avait baissé de moitié. En 2021, les défauts reculent encore mais moins vite (-3 %). 631 entreprises du bâtiment ont ainsi été placées en redressement ou en liquidation judiciaire. L’amélioration est tirée par le second œuvre qui résiste (-9 %) tandis que le gros œuvre est fragilisé (+12 %)

Commerce

La tendance reste très favorable dans le commerce de détail (-20 %), en particulier dans l’habillement (-53 %) et le bricolage & équipement du foyer (-20 %). En revanche, la situation reste très tendue pour la vente et réparation de véhicules automobiles (+30 %).

Industrie

L’industrie manufacturière enregistre un recul du nombre de défaillances pour la huitième année consécutive dans la région. En 2013, 460 industriels avaient défailli, ils sont désormais 156 (-13 %). La plupart des activités sont dans le vert, notamment la métallurgie, mécanique (-25 %), une branche pourtant fragilisée dans de nombreuses régions.

Services aux entreprises

Dans les services aux entreprises (-11 %), les défaillances sont en recul dans de nombreuses activités, notamment celles de conseil en communication et gestion (-7 %). En revanche, elles augmentent sensiblement dans les activités de nettoyage courant des bâtiments (+37 %).

Transports

Les ouvertures de procédures collectives avaient été réduites de moitié en 2020 dans les transports routiers de marchandises. En 2021, la sinistralité remonte rapidement (+10 %). La dégradation est plus marquée dans le fret de proximité (+12 %) que dans le fret interurbain (+8%).

Restauration

La restauration a subi de nombreuses contraintes de fermetures administratives mais, grâce aux aides de l’État, le secteur a bien résisté. Le nombre des défaillances recule donc encore fortement (-49 %), aussi bien dans la restauration traditionnelle (-55 %) que dans la restauration rapide (-42 %). Il en va de même pour les débits de boisson (-45 %).

Services à la personne

Dans les services à la personne, les tendances sont favorables pour les coiffeurs et soins de beauté (-36 %).

Altares Dun & Bradstreet

Altares Dun & Bradstreet

Expert de l’information sur les entreprises, Altares collecte, structure, analyse et enrichit les données BtoB afin de les rendre « intelligentes » et faciliter la prise de décision pour les directions générales et opérationnelles des entreprises. Le groupe propose son expertise sur toute la chaine de valeur de la data. Partenaire exclusif en France, au Benelux et au Maghreb de Dun & Bradstreet, 1er réseau international d’informations BtoB, Altares se positionne comme le partenaire de référence des grands comptes, ETI, PME et organisations publiques, en leur offrant un accès privilégié à ses bases de données sur 500 millions d’entreprises dans 220 pays.