Étude de défaillances et sauvegardes des entreprises en France – T4 et bilan 2022

Défaillances et sauvegardes d’entreprises T4 + bilan 2021 : Bourgogne-Franche-Comté

7 mars 2022

Sommaire

Bourgogne-Franche-Comté

993 défaillances d’entreprises en 2021 en Bourgogne-Franche-Comté

  • Un niveau de défaillances étonnement bas, en chute de 17,6% 
  • Tous les départements concernés par la baisse des défaillances à l’exception du Doubs
  • Une remontée des défaillances à anticiper en 2022

La région observe un recul de de 17,6 % du nombre de défaillances : un niveau deux fois inférieur au niveau d’avant crise. Une tendance meilleure que celle observée sur l’ensemble du territoire national où la baisse des défauts atteint 11,8 %.

Les mesures d’aide déployées à partir du printemps 2020 pour soutenir les entreprises en difficulté sont restées en partie actives en 2021. Par ailleurs, face à la résurgence des variants du Covid-19, le calendrier d’allègement de ces aides a été adapté. Cet accompagnement de l’État et des territoires a permis de protéger les entreprises de la faillite et voir les défaillances atteindre leur plus bas niveau depuis 30 ans.

Dans ce contexte favorable, la région Bourgogne-Franche-Comté semble même avoir mieux résisté que l’ensemble des régions : les défaillances ont reculé de 17,6 % en Bourgogne-Franche-Comté contre 11,8 % sur le territoire national. 

Moins de 50 procédures collectives ont été ouvertes dans le Territoire de Belfort. Le département affiche la plus forte baisse de la région (-46 %). L’Yonne arrive sur la deuxième marche du podium avec un recul de 40 % (122) des défauts devant le Jura (-35 %) qui compte seulement 84 défaillances.

Peu de procédures ont été ouvertes en 2021 en Haute-Saône (-19%) et dans la Nièvre (-13 %) : respectivement 60 et 71.

La Saône et Loire (-9 %) et la Côte d‘Or (-7 %) comptent quant à elles chacune un peu plus de 200 défauts d’entreprises et représentent ensemble quatre défaillances régionales sur dix.

Enfin, dans le Doubs, le nombre de cessations de paiement avait reculé de 47 % en 2020. En 2021, le département bascule dans le rouge (+11 %).

Les défaillances par taille d’entreprises en Bourgogne-Franche-Comté

En Bourgogne-Franche-Comté, l’essentiel des défaillances (95 %) concernent des TPE. Ce sont donc naturellement ces dernières qui donnent le ton de la tendance régionale. Une trajectoire très favorable puisque les TPE enregistrent une baisse de près de 18 % du nombre de défaillances.

Seulement 3 employeurs d’au moins 50 salariés sont passés en jugement en 2021. Quant à ceux de 10 à 49 salariés, leur sinistralité diminue légèrement. 47 de ces entreprises ont fait défaut en 2021 contre 49 un an plus tôt. 

Les défaillances par secteur en Bourgogne-Franche-Comté

Bâtiment

En 2021, en Bourgogne-Franche-Comté, le bâtiment représentait un peu moins d’une cessation de paiement sur cinq. 188 entreprises du secteur ont été placées en redressement ou en liquidation judiciaire, c’est 11 % de moins qu’en 2020. Une tendance favorable davantage portée par le gros œuvre (-23 %) que par le second œuvre (-8 %) ou les travaux publics (-6 %).

Commerce

Le commerce de détail résiste encore très bien (-32 %), notamment dans l’habillement (-69 %) ou le sport et loisirs (-56 %). En revanche, la sinistralité ne baisse plus dans le détail alimentaire.

Dans la vente et réparation de véhicules automobiles, le nombre de procédures recule rapidement (-15 %). Le secteur est pourtant sous tension dans la plupart des régions.

Industrie

En 2021, le nombre de défaillances recule encore rapidement dans l’industrie manufacturière (-22%) portée par la plupart des activités à l’exception de la mécanique métallurgie où la sinistralité peine à se stabiliser.

Service aux entreprises

Le nombre de cessations de paiement recule encore dans les services aux entreprises (-11 %) en dépit de la dégradation observée dans les activités techniques de conseil en communication et gestion (+45 %) et dans les services d’architecture et d’ingénierie (+33 %).

Transports

En 2020, le secteur des transports routiers de marchandises était tombé sous le seuil de 20 défaillances. Le niveau baisse encore en 2021 (-11 %).

Restauration

La restauration a subi de nombreuses contraintes de fermetures administratives mais, grâce aux aides de l’État, le secteur a bien résisté. Le nombre des défaillances baisse donc encore fortement (-49 %) en 2021. Une tendance portée par la restauration traditionnelle (-53 %) comme rapide (- 47%). L’amélioration est également forte pour les débits de boisson (-45 %).

Service à la personne

Dans les services à la personne, la tendance est très bonne pour les coiffeurs et soins de beauté (-30 %) qui comptent désormais moins de 30 défaillances d’entreprises. C’était deux fois plus en 2019. 

Retrouvez tous les chiffres des défaillances du 4ème trimestre et le bilan 2021 dans notre Étude défaillances et sauvegardes d’entreprises en France.

Altares Dun & Bradstreet

Altares Dun & Bradstreet

Expert de l’information sur les entreprises, Altares collecte, structure, analyse et enrichit les données BtoB afin de les rendre « intelligentes » et faciliter la prise de décision pour les directions générales et opérationnelles des entreprises. Le groupe propose son expertise sur toute la chaine de valeur de la data. Partenaire exclusif en France, au Benelux et au Maghreb de Dun & Bradstreet, 1er réseau international d’informations BtoB, Altares se positionne comme le partenaire de référence des grands comptes, ETI, PME et organisations publiques, en leur offrant un accès privilégié à ses bases de données sur 500 millions d’entreprises dans 220 pays.