Convention USF 2022 les 5 et 6 octobre à Lyon

Retrouvez dans cet article :

Grand Est

1977 défaillances d’entreprises en 2021

Un niveau de défaillances étonnement bas, en chute de 14,5 % Altares a publié le 18 janvier dernier son étude Défaillances et sauvegardes d’entreprises en France au 4ème trimestre et bilan 2021, réalisée par Thierry Millon, Directeur des études Altares. Voici un aperçu des chiffres de la région Grand Est. Avec 1977 ouvertures de procédures collectives enregistrées en Grand Est, le niveau global des défaillances a reculé de 14,5 % en un an, après une baisse de 42 % en 2020. Une tendance favorable qui témoigne de l’efficacité des aides de l’État tout au long de cette année 2021 marquée par une reprise économique soutenue. Mais le débranchement progressif des aides, les difficultés d’approvisionnement en matières premières et l’envolée des prix menacent de fragiliser les trésoreries des entreprises.
Le Bas-Rhin, qui concentre près du quart des défaillances d’entreprises de la région, enregistre une forte baisse de la sinistralité (-19 %). Mais ce sont le Haut-Rhin et la Marne (- 20  %) qui offrent la meilleure performance régionale en 2021 avec un recul de 20 % des défauts. En Moselle (-16 %) et dans les Ardennes (-15 %), la tendance est légèrement plus favorable que sur l’ensemble du territoire national. La Haute-Marne (-12 %) et les Vosges (-11 %) affichent quant à elles un recul encore sensible des défaillances d’entreprises. En Meurthe-et-Moselle le nombre des défaillances, en recul de 9 %, est plus de deux fois inférieur au niveau de 2019.

Les défaillances par taille d’entreprises dans le Grand Est

Les PME de moins de 50 salariés davantage fragilisées En Grand Est, l’essentiel des défaillances (95 %) concernent des TPE. Ce sont donc naturellement ces dernières qui donnent le ton de la tendance régionale. Une tendance encore une fois favorable puisque les TPE enregistrent une baisse de plus de 15 % du nombre de défaillances. En revanche, si les employeurs d’au moins 50 salariés ont été peu nombreux à passer en jugement en 2021 – moins d’une demi-douzaine – ceux de 10 à 49 salariés ont été davantage fragilisés. 97 de ces entreprises ont ainsi fait défaut contre 85 un an plus tôt.

Les défaillances par secteur dans le Grand Est

Les défaillances reculent dans la plupart des secteurs, point de vigilance pour les travaux publics et l’industrie manufacturière.

Bâtiment

En 2021, le bâtiment représente une cessation de paiement sur cinq dans la région Grand Est. Le secteur pèse donc sensiblement sur la tendance globale de l’économie régionale. En 2021, 400 entreprises du bâtiment ont été placées en redressement ou en liquidation judiciaire, soit 6,5 % de moins qu’en 2020. L’amélioration est forte en gros œuvre (-27 %) et plus faible dans le second œuvre (-2%). En revanche, les travaux publics observent une forte augmentation des défauts (+68  %).

Commerce

Le commerce de détail résiste encore très bien (-21,7 %), notamment dans l’habillement (-29 %) et le bricolage et équipement du foyer (-18 %). La situation est également favorable dans la vente et réparation de véhicules automobiles (-9 %), un secteur pourtant sous tension dans la plupart des régions.

Industrie

L’industrie manufacturière avait atteint un niveau de défaillances extrêmement bas en 2020. En 2021, il remonte légèrement (+6 %). La dégradation est très marquée en métallurgie et mécanique (+22 %).

Services aux entreprises

Dans les services aux entreprises, la sinistralité est relativement stable (+2 %) mais augmente fortement dans les activités de nettoyage courant des bâtiments (+55 %) et d’ingénierie (+42 %).

Transports

Les ouvertures de procédures collectives reculent encore dans les transports routiers de marchandises (-4,5%) et tombent à un niveau très bas.

Restauration

La restauration a subi de nombreuses contraintes de fermetures administratives mais, grâce aux aides de l’État, le secteur a bien résisté. Le nombre des défaillances baisse donc encore fortement (-42 %), aussi bien dans la restauration traditionnelle (-37 %) que dans la restauration rapide (-49 %). Il en va de même pour les débits de boisson (-17 %).

Services à la personne

Dans les services à la personne, les tendances sont bonnes pour les coiffeurs et soins de beauté (-9 %).

Télécharger l’étude T4 + bilan 2021